Ce court texte a été rédigé en anglais par le père Clarence d’Entremont et publiés dans le Yarmouth Vanguard  le 22 mai 1990. Traduction de Michel Miousse 

 

73. LA PREMIÈRE MESSE AU CANADA CÉLÉBRÉE SUR LA RIVE SUD DE LA NOUVELLE ÉCOSSE.       

 

Selon la tradition, la première Messe à avoir été dite en Nouvelle Écosse et même au Canada entier a eu lieu sur un rocher plat près du Havre de Port La Tour*.  Un article qui vient du Magazine Maclean, du premier octobre 1937, sous le titre « Nouvelle Écosse – Première Messe Catholique », par Sara Knowles Doane, va comme suit :  « C’était l’année 1604, lorsque Champlain en compagnie de De Monts, était à la recherche d’un site approprié pour un établissement en Acadie.  Laissant De Monts à Liverpool Champlain continue à naviguer, suivant la ligne des côtes, notant soigneusement les éléments typographiques de la terre, et consignant tout ce qu’il voyait d’intéressant.  Arrivant dans le havre de Port La Tour un dimanche, ils débarquent sur un rocher plat près d’un bon point d’ancrage, et le prêtre de la compagnie dit une Messe pour ceux de leur religion. »

 

Les gens âgés de Pubnico disaient autrefois que la première messe fut célébrée sur une des îles appelées « Les Sauvetages* », à environ un mile de l’Île Blanche*, qui par les années passées formaient une seule île, semble-t-il.  Les deux plus grandes îles, qui pourraient être classifiée comme des rochers, étaient connues des pêcheurs sous le nom de les deux « Demi-Lunes*. »  Selon la tradition, la première Messe aurait été dite sur la plus grande des deux, celle plus au sud, qui, à marée basse, émerge à 10 pieds au-dessus du niveau de la mer.  Ces mêmes personnes âgées disaient que cette Messe avait été célébrée après que Champlain et les gens qui étaient avec lui, en chemin vers Cap Fourchu et Baie Sainte Marie, eurent quitté Liverpool (bien qu’ils venaient de La Have.)  Il est évident que les habitants anglais de Port La Tour et des environs tenaient cette tradition des anciens Acadiens de Pubnico qui revinrent d’exil, eux-mêmes la tenant de leurs ancêtres.  

Laissez moi vous dire dans un premier temps, qu’il hautement improbable que l’un ou l’autre des prêtres Catholiques qui accompagnaient De Monts lors de son voyage en Acadie prirent part à l’expédition de Champlain en mai-juin, et aussi que Champlain n’était pas dans la région de Cap Sable un dimanche, mais un mercredi, le 19 mai 1604.  Vers la mi-juin, après que Champlain revint de son excursion à Baie Sainte Marie,  lorsque tout le monde eut définitivement quitté Port Mouton pour la Baie de Fundy, les deux prêtres aussi.  Si De Monts et le reste de ses gens s’étaient arrêtés dans la région de Cap Sable pour que les deux prêtres y disent la Messe, nous pouvons être sûrs que Champlain l’aurait relaté dans son compte rendu.  Mais il dit simplement :  « Longeant la rive, nous avons passé près de Cap Sable et de l’Île au Phoque. 

Quoiqu’il en soit, il est tout aussi improbable que la première Messe fut célébrée à cette occasion sur le rocher mentionné auparavant, qu’il est aussi probable qu’elle fut célébrée pour la première fois sur la Côte Est de l’Acadie, dans la région où De Monts a atterri, à La Have et à Port Mouton.  

Il va sans dire que la Messe fut aussi célébrée sur l’Île Sainte-Croix*, dans l’état du Maine, à la Rivière Sainte-Croix*, qui sépare le Nouveau Brunswick du Maine, où le groupe a passé l’hiver 1604-05.   

Le 30 septembre 1971, une pierre commémorative et une plaque furent érigées à Red Beach, sur la rive américaine, face à l’Île Sainte-Croix, sur laquelle on peut lire :  « Sur ce site fut célébré le premier Saint-Sacrifice de la Messe, relaté à l’intérieur des limites actuelles de l’État du Maine – le 26 juin 1604 – érigé par le Conseil des Chevaliers de Colomb de l’État du Maine 1971.  Nous pouvons être sûrs que les deux prêtres Catholiques qui ont passé un certain nombre de mois sur l’Île Sainte-Croix à l’époque ont dit la Messe à plus d’une reprise, bien que ça n’ait jamais été relaté nulle part en autant de mots.  

Il est noter que nous ne prenons pas en compte ici de ce qui a pu se passer vers l’année 1000 et même avant cette époque. 

Lorsque Jean de Poutrincourt, mentionné dans l’article No. 70, revint en Acadie au printemps de 1610, l’historien Marc Lescarbot dit que le 20 mai, le Père Jesse Flèche, qui l’accompagnait, a dit la Messe non loin de Pentagoët (Penobscot, Maine) « à l’intention de l’Île à laquelle fut donné le nom de ‘l’Ascension’ », étant donné que cette année là, la fête de l’Ascension tombait le 20 mai.  Noter que plus tard toute cette région, au moins jusqu’à Pentagoët, allait être incluse dans le territoire de l’Acadie.  Voir l’article No. 70 dans lequel j’ai dit que le Gouverneur Grandfontaine avait fait de Pentagoët la Capitale de l’Acadie. 

Pour ce qui est de la péninsule Acadienne (Nouvelle Écosse), la première mention d’une Messe ici fut faite l’année d’après.  Le Père Jean Biard, qui vint ici en 1611 avec Poutrincourt, en compagnie du Père Enemond Masse, Jésuite, écrit le 5 mai à sa Province à Paris qu’ils ont dit la Messe à Canso, ce qui est corroboré par Lescarbot. 

Quelques-uns disent que ce n’est pas en Acadie que fut dite la première Messe dans ce qui est aujourd’hui le Canada.  Ils disent que lorsque Jacques Cartier était dans les environs du Labrador, le 11 juin 1534, une Messe fut « entendue » par ses gens.  D’autres objectent qu’il n’est mentionné nulle part qu’un prêtre aurait accompagné Cartier dans cette expédition au Canada.  De plus, ils disent que ce n’était pas une vraie Messe, mais simplement la lecture ou le chant des prières de la Messe, ce qui se faisait à l’époque en l’absence de prêtre.  C’est pourquoi on dit que la Messe fut « entendue » au lieu de « dite. » 

Ceci étant dit, à Québec ou ailleurs, l’information que nous avons concernant la première Messe fait part d’une date ultérieure à celles données en Acadie.  Une Messe est mentionnée avoir été célébrée en 1615 dans la contrée Huronne, maintenant dans le territoire de l’Ontario.  Pour la Province de Québec, il est mentionné  qu’une Messe a été dite le 25 juin 1636, « la première Messe à avoir été dite au Pays. » Les mots « au pays » ne peuvent inclure l’Acadie.  Mais déjà, le jour précédent, un prêtre a dit une Messe à Rivière des Prairies, près de Montréal, qui pourrait être la première Messe relatée avoir été célébrée dans l’actuelle Province de Québec. 

L’Acadie, étant plus près de l’Europe, ayant été le premier territoire à être exploré en cette partie du Nouveau Monde, il n’est pas surprenant que nous trouvions ici, en Nouvelle Écosse, autant de « premières. »