Ce court texte a été rédigé en anglais par le père Clarence d’Entremont et publiés dans le Yarmouth Vanguard  le 17 juillet 1990. Traduction de Michel Miousse

 

81. LE JOUR DE LA NAISSANCE DE PUBNICO – LE 17 JUILLET.

 

Dans mon article du (3 janvier, 89) je vous disais que le 17 juillet 1653, le Gouverneur Charles de La Tour octroyait à Philippe Mius d’Entremont et à sa femme Madeleine Hélie la Baronnie de Pubnico.  Ainsi, cette date marque la naissance des Pubnicos, il y a 337 ans aujourd’hui.  Donc aujourd’hui, le 17 juillet, est le Jour de l’Anniversaire de Naissance de Pubnico. 

Philippe Mius d’Entremont est né en Normandie, France en 1609.  À l’été de 1651, il quitte La Rochelle avec Charles de La Tour, étant accompagné de sa femme et d’un enfant, fille.  Il venait en Acadie en tant que Major de La Tour.  Ils arrivent à Port Royal vers la fin de l’été.  En 1653, Charles de La Tour demande à Philippe Mius d’Entremont de prendre les commandes de l’Acadie, alors qu’il allait être à Québec durant le mois de mai.  Le 13 juin, après son retour, il dit à d’Entremont de choisir n’importe quel endroit en Acadie où il aimerait s’installer.  Il choisit Pobomcoup, le nom Amérindien par lequel Pubnico était connu à l’époque.  Cinq semaines plus tard, le 17 juillet, Pobomcoup fut octroyé à Philippe Mius d’Entremont, en tant que baronnie. 

Voici quelques extraits de cet octroi :  «  Était présent et personnellement certifié le grand et puissant Charles de La Tour, Lieutenant Général de toute l’Acadie.  Il a volontairement accusé réception et avoué de façon notoire qu’il avait, par la présente, donné et abandonné à perpétuité le titre de baron et noble fief ayant l’administration de la justice, haute, moyenne et basse en tant que fief souverain au noble homme Philippe Mius, Écuyer, sieur d’Entremont et Madeleine Hélie, sa femme, qui étaient présents et l’ont accepté pour eux-mêmes et leurs héritiers.  En considération des mérites particuliers du dit Sieur d’Entremont et des bons et loyaux services, qu’il nous a personnellement rendu, nous avons donné et octroyé et donnons et octroyons par la présente au dit sieur d’Entremont l’étendue de une lieue de large et quatre de profondeur à l’endroit appelé Pobomcoup pour la jouissance des dits censitaires et successeurs avec titre de baron, en considération d’un (sic) sur condition d’un hommage et d’un quichipoly de castor avec deux bouquets les jours de la fête de St-Jean Baptiste pour chaque année et sur condition qu’il occupe les lieux et s’établisse aux dits endroits.  Le dit seigneur La Tour a aujourd’hui octroyé et mis en possession du dit seigneur d’Entremont la dite terre, fief et baronnie de Poboncoupe, promettant et se liant lui-même en conformité.--  Ces renonciations furent faites et passées au fort de Port Royal le 17 juillet 1653.  En présence de … » 

La terre était du côté est du havre, mesurant une lieue de largeur le long de la rive, et quatre de profondeur, qui est environ quatre kilomètres par 16 ou deux miles et demi par neuf ou dix.  Comme le Ruisseau Hipson, appelé aussi le Ruisseau  le Ruisseau Larkin, était le centre de la baronnie, nous pouvons supposer que la concession entière comprenait l’actuelle section anglaise de Upper Pubnico Est, des limites de Pubnico Head aux limites du village Acadien de Pubnico Est. 

Elle fut octroyée en tant que « fief. »  À l’époque du système féodal, spécialement au Moyen Âge, lorsqu’un morceau de terre était octroyé en « fief », ça voulait dire entre autres choses, que l’octroyant était un « seigneur » et que le censitaire avait à lui payer une rente annuelle aussi longtemps qu’il possèderait la terre, qui, pour une raison ou une autre, pouvait être réappropriée par l’octroyant. 

La rente, dans notre cas, si nous pouvons l’appeler par ce nom, constituait dans un premier temps pour le censitaire, Philippe Mius d’Entremont, à payer un « hommage » à son octroyant, Charles de La Tour ; qui était, qu’il devait lui promettre d’être à son service. 

Le mot « quichipoly » est un mot Amérindien signifiant, « un petit sac » ou « bourse » faite de peau animale.  Elle était bien ornementée et utilisée principalement pour contenir le tabac.  En plus d’un « quichipoly » fait de peau de castor, Philippe Mius d’Entremont avait à donner à Charles de La Tour, à la fête de Saint-Jean Baptiste (le 24 juin) deux bouquets de fleurs.  Il devait s’établir sur la terre, sans quoi, il serait dépossédé ; nous avons des exemples de ceci ayant eu lieu en Acadie. 

Cette concession fait de Philippe Mius d’Entremont un « homme noble » et un « baron. »  Dans l’échelle de la noblesse à l’époque, il y avait les rois, les princes, les comtes, les barons et les marquis.  Nous pouvons être sûrs que dans le cas de Philippe Mius d’Entremont cela constituait purement et simplement un titre, bien qu’il fut toujours connu comme tel toute sa vie.  C’est le seul exemple que nous avons, dans toute l’histoire de l’Acadie, d’un Acadien fait baron.  C’est aussi le seul exemple qu’une baronnie ait effectivement été créée en Acadie ; il y en eut une autre créée en 1707 à Port Medway, entre Lunenburg et les Comtés de Queens, mais elle disparut immédiatement à cause de la conquête de 1710.  Au Canada, ce fut la seconde à être érigée, la première a eu lieu en 1624 à Cap Tourmente, dans le Comté de Montmorency, des deux côtés de la rivière Montmagny. 

Je dois mentionner ici que cette concession fut faite en faveur de Philippe Mius d’Entremont et de sa femme, mais aussi en faveur d’un certain Pierre Ferrand et de sa femme Mathurine Sicard.  C’est la seule fois que ces deux noms apparaissent dans l’histoire de l’Acadie. Bien qu’ils étaient présents lorsque la concession fut faite, nous n’entendons plus parler d’eux par la suite, ce qui veut dire qu’ils s’en retournèrent immédiatement en France. 

C’est dans cette baronnie que les trois fils de Philippe Mius d’Entremont et de Madeleine Hélie sont nés ainsi qu’une fille, la plus jeune de la famille. 

La terre fut occupée par la suite par son fils aîné, Jacques, qui épousa Anne de La Tour, fille de Charles de La Tour, les ancêtres des d’Entremont de Pubnico.  Jacques d’Entremont serait celui qui a construit le Manoir d’Entremont sur le flanc droit du Ruisseau Hipson, ses fondations étaient encore visibles il y a 25 ans.  Il avait dessiné les armoiries de sa famille, qui étaient accrochées au-dessus de l’entrée principale, la famille d’Entremont étant la seule dans toute l’histoire de l’Acadie à s’être donné un tel emblème, dont nous possédons encore le dessin. 

De plus, Pubnico est toujours habitée par des Acadiens, ce qui en fait la PLUS VIEILLE RÉGION ENCORE ACADIENNE.  Elle est aussi la plus vieille région de tout le Canada et peut-être de l’Amérique du Nord où résident encore des descendants de leurs fondateurs. (voir l’article No.1.) 

C’est parce qu’elle fut établie à la date reculée du 17 juillet 1653, qui est celle de son anniversaire.  Et c’est pourquoi aujourd’hui, le 17 juillet, est le Jour de la Naissance de Pubnico.