Ce court texte a été rédigé en anglais par le père Clarence d’Entremont et publiés dans le Yarmouth Vanguard  le 14 août 1990. Traduction de Michel Miousse

 

85. LES SYMBOLES ACADIENS

 

Demain, le 15 août, la fête de l’Assomption et de la Sainte Vierge Marie, est le Jour de la Fête Nationale des Acadiens.  Comme nos amis de langue anglaise, tout comme un bon nombre d’Acadiens, ne savent pas comment cette fête fut choisie, tout comme ils ne doivent pas connaître l’origine du drapeau Acadien qu’ils voient pratiquement tous les jours, pas plus que l’hymne national Acadien, qu’ils entendent ici et là, je profite de l’occasion pour retrouver les traces de leur histoire. 

En 1880, les Canadiens Français de Québec organisèrent une convention nationale qui allait avoir lieu dans la ville de Québec le 24 juin.  Les Acadiens des Provinces maritimes furent invités à y assister ; environ 50 d’entre eux répondirent.  C’était la première fois que les Acadiens représentant les trois Provinces Maritimes allaient se réunir en groupe. 

En 1834, les Canadiens Français avaient choisi la fête de St. Jean Baptiste comme leur Jour de la Fête Nationale.  À cette convention, ils demandèrent aux délégués Acadiens d’adopter aussi la fête de St. Jean Baptiste pour être de même leur Jour de la Fête Nationale.  Bien que les Acadiens soient des Canadiens et qu’ils soient d’origine Française, ils se sont toujours considérés comme étant, un peuple, différent des Canadiens Français ( le nom qui ne désigne habituellement que les Québécois.)  En effet, leurs ancêtres se sont établis sur des territoires différents, leur histoire est complètement différente, ils se sont toujours considérés eux-mêmes comme étant regroupés ensembles et comme séparés des Canadiens Français, leur façon de vivre a toujours été différente, sans mentionner leur dialecte.  C’est pourquoi, à cette convention, ils résolurent d’avoir leur propre convention séparée l’année suivante, dans le but de se choisir une Fête Nationale Acadienne, lorsque le plus de délégués possibles des trois Provinces Maritimes seraient invités à y assister. 

Elle eut lieu le 20 et le 21 juillet 1881, à Memramcook, N.B. comme il avait été proposé à Québec l’année d’avant.  5000 Acadiens ont répondu à l’invitation.  Il a été dit que c’était le plus grand rassemblement d’Acadiens depuis les jours où ils furent rassemblés en 1755 et l’année suivante pour être envoyés en exil. 

Comme peuple de grande foi, les Acadiens ont toujours considéré que leur retour d’exil vivants, et leur survie depuis avait été un miracle, qu’ils attribuent à la Sainte Vierge Marie.  C’est pourquoi leur dévotion envers elle a toujours été un de leurs traits dominants.  Ainsi, il n’est pas surprenant qu’à cette convention il fut proposé qu’une des fêtes de Notre Dame devrait être celle des Acadiens, au lieu de la fête de St. Jean Baptiste.  À l’époque où les ancêtres des Acadiens ont quitté la France pour s’établir dans leur nouvelle terre d’accueil, Louis XIII venait juste de désigner, la Fête Nationale des habitants Français, la fête de l’Assomption de la Sainte Vierge, qui tombe un 15 août (le 15 août étant encore à ce jour un congé en France.)  Ainsi à cette convention, après de multiples débats, il fut accepté que les Acadiens devraient célébrer leur Jour de Fête le 15 août, la fête de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie. 

Quelques semaines plus tard, le 16 septembre, ce choix fut officiellement approuvé par les Évêques Catholiques des Provinces maritimes par la proclamation suivante :  « Les Évêques de la Province Ecclésiastique de Halifax déclarent que la fête de l’Assomption de la Sainte Marie sera le Jour de la Fête Nationale des Acadiens. » 

À cette même convention Notre Dame fut choisie comme Sainte Patronne du Peuple Acadien.  Cela allait être aussi approuvé officiellement, bien que plusieurs années plus tard.  Tôt en 1938, l’Archevêque Arthur Melanson de Moncton, a demandé au Saint-Père le Pape Pie XI, de ratifier le choix que les Acadiens avaient fait d’avoir la Sainte Vierge comme Sainte Patronne au paradis.  Quelques jours plus tard, le 19 janvier, le Vatican publie la proclamation suivante :  « Le Saint-Père approuve volontiers que tous les Acadiens, où qu’ils puissent être, honorent et vénèrent la Sainte Vierge Marie, en son Assomption au paradis, comme leur Patronne spéciale, les confiant tous aux soins et à la protection d’une si Grande-Mère, ainsi ils devront préserver fidèlement leur foi Catholique et le démontrer dans leur façon de vivre. » 

Trois ans plus tard, les Acadiens allaient choisir leur emblème national et leur hymne national.  Ceci allait avoir lieu à la convention de Miscouche, Île du Prince Edouard, qui avait été organisée pour le 15 août 1884.  Encore-là, tous les Acadiens des Provinces Maritimes furent représentés, aussi bien que ceux des États de la Nouvelle Angleterre. 

Quand vint le moment de choisir leur drapeau national, le choix s’est arrêté sur le Bleu, Blanc, Rouge de la France, avec une étoile dorée dans l’azur ou le bleu du drapeau.  Le Tricolore Français fut choisi, pour souligner l’origine Française du Peuple Acadien.  L’étoile fut placée dans la bande bleue du drapeau, étant donné que le bleu, parmi les couleurs de l’arc-en-ciel, est celle attribuée à la Sainte Vierge.  L’étoile est couleur or, pour démontrer la vénération des Acadiens envers le Saint-Père, dont la couleur héraldique et le métal est le jaune or. 

Comme ce choix était unanime parmi ceux que toute la population Acadienne de l’époque avait envoyé à Miscouche comme leurs représentants, ce drapeau devint de ce fait le drapeau officiel des Acadiens des Provinces Maritimes. 

Après que ce choix fut fait, il était approprié que l’hymne national à être choisi devrait être un hymne dédié à Notre Dame, dont les premiers mots sont :  « Salut, Étoile de la Mer. »  Cela vient d’un vieil hymne d’église Latin, qui a déjà été chanté dans la forme du chant Grégorien.  Même aujourd’hui, la plupart du temps, il est chanté lors des célébrations avec les mots Latins et sa forme Grégorienne :  « Ave maris stella, Dei mater alma, atque semper virgo, Felix caeli porta. »  --  « Salut Étoile de la Mer, Mère de Dieu, Toujours Vierge, Heureux portail du Paradis ! » 

Et ainsi, depuis les jours de ces deux conventions ou congrès des Acadiens, ils ont célébré leur fête nationale le 15 août, ont fait flotter comme leur emblème le Tricolore Français avec l’étoile dorée, et ont fait connaître leur dévotion à la Sainte Vierge en chantant à leurs festivités leur Hymne National, le « Ave, maris stella. »