Traduire les cents petits articles de Père Clarence a été pour moi une aventure extraordinaire qui m’a permis d’en apprendre beaucoup plus sur ce beau coin de pays qu’est le sud de la Nouvelle Écosse et les Pubnicos de mon ancêtre et d’aujourd’hui.  Même à la cinquième lecture je continue d’être captivé par ces histoires.

 

Tout au long de cette traduction je me suis efforcé de respecter la forme des écrits de Père Clarence et de la traduire comme si c’était lui qui le faisait.  Je ne pense pas l’avoir trop déformée !!!

 

Du moins je l’espère !!!

 

 

Bonne lecture.